1. Home
  2. Unternehmen
  3. émergence d'un itinéraire commercial

Gotthard
émergence d'un itinéraire commercial

 

Le massif du Gothard a longtemps constitué un obstacle difficile à surmonter pour les commerçants. C'est pour cela que les services logistiques ont prospéré sur cet itinéraire depuis des siècles.

Von Mathias Peer
am 06.08.2013

Avec l'ouverture du tunnel de base du Gothard, prévue pour décembre 2016, la circulation des marchandises en Suisse devrait connaître un changement radical. En effet, plus de 40 millions de tonnes de marchandises devraient transiter chaque année par  le tunnel ferroviaire le plus profond du monde. La capacité du trafic des marchandises sur l'axe nord-sud devrait ainsi doubler d'un seul coup – et le tronçon de 57 kilomètres sous le Gotthard se transformer en axe routier central dans le secteur européen des transports.

Cela n'a pas toujours été le cas. Pendant longtemps, le massif du Gothard était considéré comme un obstacle insurmontable. Les gorges de Schöllenen entre Göschenen et Andermatt étaient le terminus naturel de tout itinéraire passant par le col du Gothard. Cela devait changer il y a près de huit siècles. C’est en 1230 en effet que cette traversée a été pour la première fois facilement accessible grâce à un pont de bois sur les gorges, qui reçut le nom de Pont du diable – selon la légende, un pacte avec le diable aurait été nécessaire pour le construire. Une fois cette construction achevée, l'ascension vertigineuse du col du Gothard a pu commencer comme itinéraire commercial. Pour le développement de la branche logistique suisse, elle revêtait une importance cruciale.

Les précurseurs des prestataires de services logistiques actuels étaient appelés les « Säumer » (porteurs, muletiers). Pendant plusieurs siècles, ils ont transporté des marchandises (notamment vin ou sel) sur les cols alpins. Les Säumer avaient, sur tous les transports de marchandises par le Gothard, un monopole qu'ils assumaient pour leur propre compte ou pour celui de leurs clients. Dès cette époque, les responsabilités des prestataires allaient au-delà du simple transport de marchandises: les Säumer devaient également construire et entretenir les voies. Les affaires étaient bonnes: au XVe siècle, ils faisaient passer chaque année plus de 9000 bêtes de somme par le col. On estime qu’au début du XVIe siècle, la charge transportée sur le Gothard à l'aide de ces bêtes s'élevait à environ 170 tonnes de marchandises.

Le début du premier service postal régulier sur cet itinéraire a marqué une étape importante pour les transports par ce col de 2106 mètres d'altitude. Dès 1615, un messager apportait les marchandises des commerçants de Zurich à la ville italienne de Bergame une fois par semaine. Il a fallu cependant attendre encore 200 ans pour que les premières diligences commencent à circuler sur le Saint-Gothard.

Le premier tunnel du Gothard, construit entre 1872 et 1882, allait provoquer un véritable essor du commerce: 2 500 travailleurs furent employés pour sa construction. Ce chantier était alors considéré comme le plus vaste au monde. Les premiers trains postaux circulèrent à travers le tunnel de chemin de fer en 1882. Pour la première fois, il était possible de transporter le courrier et les marchandises dans le Tessin presque sans tenir compte des conditions météorologiques.

Les capacités de l'ancien tunnel ferroviaire sont aujourd'hui obsolètes et ne répondent plus aux exigences modernes.  Actuellement, 110 à 150 trains de marchandises seulement circulent sur l'axe du Gothard. Lorsque la construction du tunnel de base du Gothard sera achevée, 220 trains pourront y circuler. Par ailleurs, avec 4 000 tonnes, leur poids maximal doit être doublé. Une grande partie du trafic routier sur l'axe nord-sud devrait être décongestionnée par ce trafic ferroviaire, et les marchandises affrétées plus rapidement à destination.

Anzeige