1. Home
  2. Unternehmen
  3. La logistique souffre du marasme chinois

Asie
La logistique souffre du marasme chinois

Conteneur au Shanghai Pudong International Container Terminal LTD (Keystone)

Pendant de nombreuses années, le moteur de la croissance des prestataires logistiques internationaux a été la puissance exportatrice de la Chine.

Von Mathias Peer
am 29.07.2013

Aujourd'hui, la conjoncture chancelante de l'Empire du Milieu crée des incertitudes.

Shanghai est le port qui transborde le plus de marchandises au monde. C’est dans cette métropole économique que des millions de conteneurs, chargés de produits « made in China », entament leur périple mondial. Mais cette affluence diminue sensiblement: le moteur de la conjoncture est hésitant dans ce pays, qui affichait encore récemment d’année en année un taux de croissance à deux chiffres. Mais cette activité d'exportation en est arrivée à se réduire de manière surprenante: en juin, les exportations de la deuxième plus grande économie mondiale ont diminué de 3,1 %, par rapport à juin 2012. C'est en particulier la faible demande venant d'Europe qui a touché le pays.

Les conseils d'administration des entreprises internationales de logistique affichent un pessimisme croissant devant ces mauvais chiffres. Le gouvernement du Premier ministre Li Keqiang, en revanche, ne semble pas s'en inquiéter outre mesure.  L'activité exportatrice de la Chine est un moteur de croissance essentiel pour cette industrie. Si les exportations de marchandises diminuent, cela entraîne également des problèmes pour de nombreux logisticiens.

Dès le début de l’année, les dirigeants de l'industrie logistique se sont prononcés avec grande prudence sur l'évolution de l'activité en raison de la situation incertaine en Chine. Seulement 24 % des chefs d'entreprise, interrogés dans le cadre d’une étude mondiale, par la société d'audit et de conseil PwC, envisagent un accroissement du volume d'affaires pour 2013. Un an plus tôt, ils étaient 36 %, tandis qu'en 2011, 60 % se montraient encore « très confiants ».

Les taux de croissance de l'économie chinoise sont cruciaux pour les logisticiens. Pour beaucoup, le seuil magique s’établit à 7,5 %. Si la croissance du produit intérieur brut de la Chine passait en dessous, la majorité des entreprises pourraient craindre une diminution de leur propre activité, selon un sondage réalisé par PwC. 40 % des sondés considèrent tout de même ce scénario comme probable.

Quant aux responsables des statistiques de la Chine, ils continuent de penser qu'il est possible d'atteindre les 7,5 % cette année. Mais même si la Chine y parvient, l'économie chinoise devrait supporter la plus faible croissance enregistrée sur les 23 dernières années.

Une prochaine augmentation significative des exportations de marchandises est peu probable. En effet, le Premier ministre Li Keqiang souhaite affranchir son pays des exportations, en renforçant la demande intérieure. Les prestataires logistiques commencent déjà à le sentir. « Actuellement, la Chine n'est plus exclusivement orientée vers l'exportation », explique Edoardo Podestá, responsable des activités du prestataire logistique Dachser en Chine. « La Chine est devenue depuis longtemps un marché de distribution. »

Tandis que l'activité d'exportation faiblit, le pouvoir d'achat croissant des quelque 1,2 milliard de Chinois offre un fort potentiel pour la logistique de distribution. Mais, le manque à gagner est toujours important : Alibaba, société Internet chinoise, commence à en ressentir les effets. Cette société est l'un des plus grands commerçants en ligne au monde. En Chine, le groupe dispose d'un avantage considérable sur ses concurrents américains Amazon, eBay et autres.

Pour défendre cette position, le groupe place le renforcement de la logistique au premier plan, avant toute autre mesure. En effet, l'acheminement de paquets à bon port dans le quatrième plus grand pays du monde, en termes de superficie, n'est pas chose simple. Loin des grandes villes, la branche logistique continue à souffrir d'une mauvaise infrastructure. C'est pourquoi Alibaba souhaite, au cours des prochaines années, investir 16 milliards d’euros dans la construction de son propre réseau logistique. Un objectif ambitieux: dans dix ans, les colis atteindront leur destination en 24 heures.

Anzeige