1. Home
  2. Unternehmen
  3. Plus de transparence en logistique agroalimentaire

Logistique
Plus de transparence en logistique agroalimentaire

 

Le scandale de la viande de cheval met en lumière la faible transparence en matière de flux de marchandises dans le commerce alimentaire.

Von Mathias Peer
am 24.04.2013

Les prestataires en logistique de l'industrie alimentaire souhaitent apporter davantage de transparence avec des chaînes d'approvisionnement facilement traçables.

Des nouvelles peu appétissantes ont été servies aux consommateurs européens en début d'année. En effet, dans bon nombre de plats cuisinés, de la viande de cheval a été substituée à la viande de bœuf ou de porc. Tout le continent a été touché. Selon Foodwatch, l’association de défense des consommateurs, sur la seule période de février à la mi-avril de cette année, 58 notifications de viande de cheval non déclarée saisie dans le commerce transfrontalier sont parvenues aux autorités européennes. Cet ingrédient indésirable se trouvait principalement dans les lasagnes, les raviolis et les sauces pour pâtes.

Ces produits ont également envahi la Suisse et ont notamment atterri dans les rayons des supermarchés Coop, Migros et Denner. Il y a quelques jours, les laboratoires cantonaux ont annoncé avoir décelé à cinq reprises de la viande de cheval non déclarée sur un échantillon de 247 produits. Comment cette viande de cheval est-elle arrivée dans les plats? Le mystère restera entier la plupart du temps. Les flux de marchandises dans la logistique agroalimentaire internationale demeurent souvent assez opaques, même pour les experts.

La découverte de viande de cheval dans le plat de lasagnes cuisinées a déclenché à la mi-janvier un scandale à la suite duquel a été lancée une enquête qui offre un aperçu du réseau complexe des relations avec les fournisseurs. Des supermarchés britanniques avaient acheté le produit d'un fabricant français, qui se procurait la viande hachée auprès d'un fournisseur local, qui à son tour, avait acheté ses ingrédients à une société chypriote dont les propriétaires résident dans les îles Vierges.

Au vu de ce maelström de fournisseurs éparpillés à travers le continent, les associations de consommateurs réclament davantage de transparence dans les chaînes d'approvisionnement du commerce agroalimentaire, afin de prévenir – dans la mesure du possible – les futurs scandales. La Commission européenne a également imposé des mesures supplémentaires afin de mieux comprendre le cheminement des aliments entre le producteur et les rayons des supermarchés.

De nombreux prestataires en logistique tentent de se positionner sur le terrain – et soutiennent l'industrie alimentaire dans l'optique d'une plus grande transparence. Selon une analyse de marché réalisée par Klaas Smits, expert de la société d'investissement Robeco, les grandes entreprises de logistique ont fortement investi ces dernières années dans leur infrastructure informatique, « afin d'assurer la transparence exigée par les consommateurs tout le long de la chaîne d'approvisionnement. » Les entreprises font leur publicité en mettant en avant à la fois le respect des délais et du maintien des températures lors du transport de denrées alimentaires et les technologies de suivi et de traçage, permettant à tout moment de suivre le chemin des aliments.

La confiance des clients est extrêmement importante pour la branche: pour les entreprises de transport, le domaine de la logistique des produits alimentaires se développe de plus en plus comme un indispensable moteur de croissance. L'année dernière, la société de logistique Dachser a enregistré une croissance plus forte dans ce segment: le chiffre d'affaires a augmenté de 13,2 %, d'après les informations transmises par la société début avril. Le groupe Nagel, spécialisé dans la logistique alimentaire, s'attend lui aussi à une augmentation significative de son CA. L'entreprise a connu une forte croissance – près de 20 % – en Europe de l'Est. La société de logistique DHL voit également un fort potentiel de croissance dans le domaine du transport de la nourriture.

Pour répondre aux exigences croissantes des clients en termes de sécurité agroalimentaire, un grand nombre de prestataires en logistique se sont fait certifier selon la norme IFS internationale. L'affichage du label de qualité est lié à des directives strictes pour la transparence des flux de marchandises. En réponse aux récents scandales alimentaires, des renforcements de cette norme sont entrés en vigueur début avril. Ils touchent principalement l'obligation pour les producteurs de vérifier plus strictement l'authenticité de leurs matières premières.

Les changements sont une conséquence nécessaire et logique des scandales de ces dernières mois et semaines, déclare Andrea Niemann-Haberhausen, experte du prestataire de certification DNV. Bien que leur mise en œuvre soit associée à des dépenses supplémentaires, la logistique agroalimentaire, de son point de vue, en profite: « Bien sûr, il est difficile, voire impossible, de se protéger complètement contre les activités criminelles. Le contrôle de sa propre chaîne d’approvisionnement est donc d'autant plus important. »

Anzeige