Selon le FMI, de multiples entreprises sont au bord de la faillite dans nombre de pays en raison de la pandémie. Les petites et moyennes entreprises (PME) sont particulièrement exposées. Beaucoup d’entre elles ne paraissent pas devoir survivre. Les assureurs spécialisés dans le crédit, dont la base d’affaires consiste à garantir les risques de crédit à court terme des entreprises, observent l’évolution d’un œil de lynx. Ce qui est décisif, c’est quand et de quelle manière les gouvernements supprimeront leurs mesures de soutien à l’économie.

Une PME sur cinq menacée

Dans les pays développés, estime le FME, quelque 20% des dettes de PME menacent de ne pas être remboursées à moyen terme, à un horizon de trois ans (voir graphique, barres rouges). Les PME ont une importance cruciale pour l’ensemble de l’économie : elles représentent 99% des entreprises, fournissent plus de 60% des postes de travail et génèrent plus de la moitié des chiffres d’affaires dans la plupart des économies nationales. Par rapport à de plus grandes entreprises en mesure d’émettre par exemple des actions ou des emprunts, les PME ont moins de possibilités de financement, de sorte que l’accès à une assurance crédit peut s’avérer vital pour elles en temps de crise.