Le nombre d’accidents de neige à l’étranger a nettement augmenté, indique la Suva dans un communiqué. Chaque année, quelque 6200 travailleurs sont victimes d’un accident durant leurs vacances sportives en Autriche, en France ou en Allemagne, soit près de deux fois plus qu’il y a 20 ans. Vous pouvez néanmoins réduire le risque de blessure en évaluant bien vos capacités et en adaptant votre comportement sur la piste. Il vaut la peine aussi de vérifier votre couverture d’assurance à l’étranger.

Auch interessant
 
 
 
 
 
 

Les travailleurs suisses apprécient manifestement les vacances sportives dans les pays proches. Les statistiques d’accident le confirment.

Un accident de sports d’hiver sur cinq a lieu sur les pistes de ces pays :

Au cours des deux dernières décennies, la part des accidents de sports d’hiver à l’étranger est passée de 12% à un peu plus de 20%. Cela représente environ 6200 accidents par an, soit un cinquième des quelque 33000 accidents de sports d’hiver recensés par les assureurs LAA. La plupart de ces accidents ont lieu en Autriche. Suivent la France et l’Italie, puis les autres pays.

Les 6200 accidents à l’étranger se répartissent plus précisément comme suit:

230124_Grafik_1
Quelle: SUVA

Sport de neige à l’étranger – il est utile de vérifier sa couverture d’assurance

Les vacances sportives ne sont pas plus dangereuses à l’étranger qu’en Suisse et un accident peut arriver n’importe où. Cela étant, il est utile de vérifier sa couverture d’assurance en vigueur. La règle veut que seules les personnes travaillant au moins huit heures par semaine sont automatiquement assurées en cas d’accident durant les loisirs. L’assurance-accidents obligatoire prend en charge les coûts des traitements médicaux prodigués dans l’UE ou l’AELE. Ces frais sont remboursés sur la base du tarif de la sécurité sociale du pays concerné et décomptés par l’organisme de liaison de ce même pays. Mais attention: si le patient est traité dans la division privée d’un hôpital public ou dans une clinique privée, il en résulte des frais supplémentaires, que la personne assurée doit le cas échéant assumer elle-même. Il est donc utile de vérifier avec précision les coûts qui sont couverts et, si nécessaire, de conclure une assurance voyages complémentaire.

Préparation optimale pour les vacances sportives:

  • Entraînements de fitness tout au long de l’année : renforcez régulièrement les muscles de vos jambes et de votre tronc et travaillez votre endurance. Cela vous aidera à mieux gérer les contraintes physiques intenses liées aux sports de neige.
  • Fixations et matériel : faites régulièrement contrôler et régler votre matériel de sports de neige par un professionnel.
  • Casque : un bon casque est indispensable pour protéger votre tête sur les pistes et en terrain non sécurisé. Portez également votre casque quand vous faites de la luge!
  • Snowboard : portez des protège-poignets.
  • Snowparks : si vous pratiquez le ski ou le snowboard dans un snowpark, nous recommandons le port d’une protection dorsale.
  • Randonnées à ski et en raquettes : si vous vous aventurez en dehors des pistes et des parcours sécurisés, vous devez maîtriser des connaissances particulières et emporter un équipement de secours composé d’un détecteur de victimes d’avalanche, d’une pelle et d’une sonde. Planifiez votre sortie avec soin et ménagez vos forces.
  • Pour toutes les activités de vacances : assurez-vous que votre assurance vous couvre en cas d’accident et de maladie à l’étranger.

Prévenir les accidents durant la pratique des sports de neige

Afin de réduire le nombre d’accidents, la Suva lance une vaste campagne sur les sports de neige. Dans une optique de sensibilisation, cette campagne met en scène des situations de quasi-accident et donne des conseils pour éviter les blessures. Le principal objectif est d’éviter que les gens se surestiment. «De nombreux skieurs et snowboardeurs n’ont pas conscience de l’intensité des sollicitations liées aux sports de neige. La fatigue physique et la baisse de concentration augmentent le risque d’accident sur la piste», explique Samuli Aegerter, spécialiste des sports de neige à la Suva. «L’appli «Slope Track» vous permet de mesurer la contrainte (force G) exercée sur le corps dans chaque courbe. Cette donnée permet de mieux comprendre l’importance d’une pratique réfléchie du ski.» (cp/hzi/ps)