Quel est le rôle, la mission et les responsabilités d’un président d’association ?
Michel Rendu: Être président d’une association ce n’est pas seulement un titre, mais aussi beaucoup de travail et d’implications personnelles.

J’ai assumé ces responsabilités non seulement au sein de la section de Genève mais également au sein du Comité Central comme porteur de nouvelles idées.

Michel Rendu, Präsident der Genfer Sektion der ASDA
Quelle: ZVG

Michel Rendu préside la section genevoise de l'ASDA depuis 30 ans.

Quelle a été ta vision et ton programme pour l’association ?
J’ai accepté la présidence de la section de Genève en 1991. 

Il m‘a fallu de la réflexion et quelques échanges pour prendre ma décision. 

Mon but était de réunir et de collaborer avec les autres associations de notre corporation c’est-à-dire avec l’AGAP, l’AGFPA, l’AGAGA, l’ IRFA.

Nous avons atteint ce but et avons ainsi pu organiser une trentaine de conférences en commun. 

Sans un comité fidèle, disponible, jamais je n’aurais pu réaliser tout ce programme. Je les remercie tous très sincèrement.  

A 75 ans tu as décidé que le temps était venu de te retirer.
J’aurais pu continuer toujours avec le même plaisir et le même enthousiasme mais tout a une fin ! 

La décision de me retirer a été prise en collégialité avec tout le comité.

J’accompagnerai mon successeur de toute mon énergie pour que ce changement soit harmonieux et durable.

Quel a été le plus grand évènement qui t’as le plus marqué ?
Je parlerai de deux grands évènements.

Le premier en 2011 : J’ai été invité par un grand parti politique français en vue de l’élection présidentielle de 2012. J’ai eu l’honneur de présenter devant une importante assemblée l’organisation du système de santé et de prévoyance Suisse. Cette présentation a remporté un vif succès.

Le second en 2012 : M. Bruno Pfister, CEO de Swisslife à cette époque, a accepté notre invitation pour venir nous présenter sa vision sur l’évolution de la LPP et du taux de reconversion des rentes.

Ta philosophie ou les principes qui ont dirigé ta vie ?
Les difficultés de travailler dans un service externe, dans une direction, assumer la présidence d’un club de tennis ainsi que d’autres activités bénévoles m’ont appris que : « Puisque je n’ai pas le choix de choisir, je prends le choix d’autrui » ainsi que « quand on me contrarie on éveille mon attention, non pas ma colère ».

Cette philosophie ou ces principes m’ont sans doute évité de claquer la porte dans des situations difficiles.

Tu es père quel père as-tu été ?
Je pense avoir été un père attentionné, ambitieux et responsable pour ma fille.

J’ai vite compris qu’elle avait le caractère d’une battante. Membre du cadre national suisse de tennis elle a pu exprimer son caractère, apprendre à se battre, gagner et perdre. Je suis fier de sa réussite professionnelle

Que vas-tu faire maintenant, as-tu des projets ?
Heureusement j’ai de nombreuses passions.

J’aime la musique. Je joue toujours un peu de guitare et du clavier car j’ai fait partie d’un orchestre dans « ma jeunesse ». Le tennis, le ski et la plongée sous-marine ainsi que les voyages - lorsque la situation le permettra – occuperont une grande partie de mon temps.

Pour conclure si tu pouvais refaire ton parcours que changerais-tu ?
Enfant je voulais être tailleur ! J’ai la sensibilité des tissus. J’ai peut-être passé à côté d’une grande carrière de créateur (rire) ! Qui sait ?  

Réflexion faite, si c’était à refaire je ne changerais rien.