Après deux reports, la réglementation IFRS (international financial reporting standards) doit entrer en vigueur en 2023. Depuis les premières réflexions sur la manière de présenter les produits d’assurance dans le bilan et le compte de résultats de façon qu’ils soient comparables – et les compagnies aussi – il s’est passé un quart de siècle de travaux préparatoires. Cette réglementation concerne les assureurs cotés en bourse ou qui se financent diversement sur les marchés financiers. Les IFRS doivent permettre que les obligations soient évaluées dans le bilan de manière aussi comparable que les futurs engagements financiers envers les assurés ou les diverses marges sur les produits. Ce qui importe, c’est que ces évaluations dépendent toujours des conditions actualisées du marché, si bien que la volatilité augmente pour les bénéfices.

Evolutions du marché plus aisément réplicables

De la sorte, les développements sur les marchés, du genre du krach des actions de mars 2020, se répercutent mieux dans les comptes qu’avec les procédures précédentes. Et comme les recettes tirées des polices doivent être indiquées séparément, les investisseurs et analystes comprennent mieux les stratégies des compagnies d’assurances.