Dans le cadre de la numérisation générale de l’économie, de telles plateformes, conçues sur le modèle d’Amazon, passent pour une opportunité de faire le poids face à la concurrence, les insurtechs et les grandes plateformes. Le marché « home » visé par Mobilière/Raiffeisen et par UBS est aussi dans le collimateur d’autres grands assureurs du pays. Mais leurs réactions sont différenciées.

A la Vaudoise, on observe très attentivement ce qui se passe dans les autres parties du pays. « Nous prenons cette concurrence au sérieux, admet la porte-parole de la Vaudoise, Carole Morgenthaler. Ces coopératives visent la même clientèle que nous. » Conformément à sa stratégie d’entreprise, le Groupe Vaudoise vise une complémentarité de gain qui va de pair avec les réflexions sur le développement de nouveaux écosystèmes. Depuis 2018, la Vaudoise a lancé d’importants projets de numérisation, avec pour objectif principal d’atteindre la meilleure expérience client possible. « A cette fin, nous devons revoir nos process pour arriver à une distribution omnicanal », poursuit Carole Morgenthaler.

Helvetia : « Indépendamment de cette coopération, nous nous attendons à un durcissement de la concurrence », confie Jonas Grossniklaus, porte-parole d’Helvetia. Sur le marché de la location, Helvetia travaille avec Flatfox, une plateforme qui permet aux particuliers et aux gérants professionnels un processus de location numérisé d’immeubles à louer. Helvetia peut ainsi, d’une part, accroître l’efficacité de sa propre gestion immobilière et, par ailleurs, proposer des produits d’assurance dans le cadre de la « customer journey » de Flatfox.

Bâloise : « Nous discernons suffisamment d’opportunités pour nos écosystèmes Home et Mobility sur les marchés suisse et européen, de même qu’avec nos prestations de service en matière d’assurance », assure le porte-parole de la Bâloise Roberto Brunazzi. En plus, à l’été 2016, une division « Group Strategy and Digital Transformation » a été créée. En matière de numérisation et d’innovation, la Bâloise se conforme à une stratégie basée sur cinq principes : investir, coopérer, nouer des partenariats, incuber et acquérir.

Anzeige

Swiss Life indique être aujourd’hui déjà sur le marché avec une offre exhaustive dans le domaine de l’habitat. « Nous proposons à nos clients un éventail complet de prestations, du choix attrayant d’hypothèques à un service d’achat et de vente d’immobilier (www.immopulse.ch) en passant par des solutions d’investissement et de prévoyance axées sur l’immobilier », signale Martin Läderach, porte-parole de Swiss Life.

Chez Zurich, un porte-parole mentionne les projets de numérisation et de plateforme. Au printemps, l’assureur a lancé avec UBS une plateforme de bancassurance. Et il existe d’autres projets tels qu’une prise de participation dans le portail de services automobiles autoSense, la vérification d’identité numérique via vidéo-chat pour la conclusion d’assurances vie et un radar des risques naturels.