Un certain nombre de plateformes en ligne, sur lesquelles les assurés peuvent conclure directement des contrats, ont été créées ces dernières années en Suisse. En quelques clics, ils peuvent solliciter et comparer des offres afin de se protéger contre les dangers depuis chez eux, rapidement et sans recourir à un conseiller. wefox.ch, Esurance.ch, ibroke.swiss, versicherungs-broker.ch et e-broker.ch font partie des plateformes les plus courues. Même si les systèmes sont comparables, chaque plateforme a sa propre stratégie.

Les courtiers numériques doivent se spécialiser

Domicilié à Berlin, wefox dit faire partie des trois plus grands courtiers de Suisse par son volume de primes. 80% des contrats signés annuellement le sont par le biais de la plateforme, si bien que les conseillers n’accomplissent plus qu’une petite partie du travail. Cependant, le conseil a toujours une très grande valeur : « Nous proposons à nos clients un conseil indépendant à 360 degrés et souhaitons les sécuriser au mieux dans tous les domaines de la vie », souligne Teodoro Martino, fondateur du groupe wefox. Les domaines non-vie, assurance vie et maladie, prévoyance et clients PME sont, selon lui, les plus importants.

Active sur le marché en ligne depuis cinq ans tout comme wefox, Esurance s’est concentrée sur les secteurs de la restauration, de l’hôtellerie, de la santé, des IT et des métiers créatifs. Son CEO Andri Mengiardi observe : « Dans le segment des PME, la complexité est grande, car les risques et les besoins sont propres à chaque branche. » C’est pourquoi, dans ce job, il faut se spécialiser et s’y connaître. Esurance s’est fixé pour objectif de continuer de développer ses compétences dans les diverses branches et d’en conquérir de nouvelles, afin de créer de robustes partenaires commerciaux et de garantir au client final la protection dont il a besoin.

Anzeige

ibroke s’active dans les secteurs du financement immobilier, de la couverture du risque et de la gestion du risque. Son fondateur Dominique Bernauer met toutefois en garde contre les limites du courtage en ligne : « Les systèmes IT et les logiciels ne peuvent à eux seuls couvrir les besoins. Il faut souvent un conseil personnel. »
 

Courtiers en ligne : comparaison
Quelle: HZI selon les déclarations des courtiers eux-mêmes

Pour le courtage en ligne, nul besoin d se déplacer

Le courtage en ligne ne connaît ni lieu ni heure. Les conseillers peuvent faire leur travail sans devoir parcourir de longs trajets. Voilà qui augmente l’efficacité, si bien que, dans le même laps de temps, il est possible de conclure nettement plus de contrats que dans le courtage classique. Reste que les process ne sont pas entièrement axés sur les modèles d’affaires numériques. Chez wefox, Teodoro Martino raconte : « Nous travaillons avec énergie à créer des interfaces numériques avec les compagnies d’assurances afin que les courtiers puissent soumettre les polices aussi vite et aussi simplement que possible. Un des défis à relever est que bien des compagnies n’offrent pas encore la possibilité de soumettre les polices par voie numérique et recourent à la voie papier, qui prend nettement plus de temps. C’est ce que nous souhaitons désormais changer. »

Le courtage en ligne n’est pas si évident que ça, comme l’indique la complexité du conseil, plus difficile à assurer par les canaux numériques que par le contact personnel. Car par-delà les nouvelles plateformes qui ont été créées, on a aussi vu des courtiers qui mettaient fin à leurs services. C’est ainsi qu’à fin 2019 knip.ch a disparu de la Toile.